Contenu

   

Les origines de l‘Aikido

Alors que l’on risquait constamment sa vie sur les anciens champs de bataille, différents styles de combat ont émergé et se sont développés pour donner le Bujitsu. Parmi ceux-ci, le Ju-jitsu s’est développé vers un style à mains nues (technique de combat élaborée par des guerriers japonnais (les Bushi) au douzième siècle, afin de permettre au combattant désarmé de se défendre face à un ennemi armé. Le Jujitsu vise à vaincre un adversaire en utilisant le minimum de forces, ainsi l’adepte doit savoir jauger la force de son assaillant et l’utiliser contre lui, esquiver ses attaques et le déséquilibrer, repérer ses points faibles et l’immobiliser au sol en lui tordant les membres ou en l’étranglant, enfin le frapper de manière à lui faire perdre connaissance, à le blesser voire à le tuer.Dans le Japon ancien, le Jujitsu fut pratiqué par les samourai puis plus tard par les ninja, et surtout par les bandits, ce qui explique sa mauvaise réputation... Détrôné par le judo, le karaté et l’aïkido, le Jujitsu a perdu beaucoup de sa renommée, c’est cependant de lui que découlent la plupart des techniques actuelles des arts martiaux.) Cependant, c’était l’ère féodale et les techniques étaient gardées secrètes. Evidemment, elles n’étaient efficaces que contre des personnes qui ne les connaissaient pas. Une grande variété d’écoles se sont développées, sans qu’aucune ne connaisse la totalité des techniques.

Après l’ère féodale, il n’y avait plus de nécessité pour les batailles et on donnait plus d’importance à la formation de l’esprit et du corps et à l’auto-défense. Ainsi le Bujitsu a été transformé en Budo, où l’accent était mis sur le développement d’un esprit pur.

L’Aikido tire ses origines du Daito ryu Aiki jujitsu, fondé par Shinra Saburo Yoshimitsu et transmis au clan Aizu. Morihei Ueshiba, un Shintoïste très croyant, apprit le Daitoryu Aikijujitsu de Sokaku Takeda, de même que le Kitoryu, Yagyuryu, Shinkageryu, etc. et a créé l’Aikido qui comporte de fortes connexions au Shintoïsme.

Après avoir étudié le Tenjin Sinyoryu, le Kitoryu et d’autres styles de Ju-jitsu, ainsi que se référant à d’autres écoles, Jigoro Kano a mis en évidence leurs principes de base et a fondé le Judo Kodokan. L’ancien Ju-jitsu incluait également les Atemi waza (techniques de frappe) et les Kansetsu waza (techniques sur les articulations) utilisées lorsque les deux adversaires se trouvent à distance. Ces techniques étaient très efficaces et dangereuses, alors le Judo Randori a été établi avec seulement les techniques à distance de saisie. Kano Sensei a essayé d’inclure les Atemi waza mais n’a finalement pas trouvé de moyen pour ce faire. Il a aussi dit qu’il serait beaucoup plus difficile de juger ces techniques.